AGL-DRAPEAU FOUGERES FOOTBALL
Suivez-nous sur
/
Téléphone
 
 
 
 
 
 

À la découverte de Madi Diakité

Avec sa silhouette plutôt athlétique, aux quadriceps bien développés, Madigoundo Diakité possède tous les attributs du défenseur moderne. Coup de projecteur sur une jeune pépite venue de Saint-Brieuc avec le FC Nantes comme escale.
 
Salut Madi, parle-nous un peu de toi, car les supporters fougerais te connaissent comme un footballeur mais pas forcément le jeune homme derrière le numéro 3 de Fougères...

Alors je suis né le 17 Avril 1994 à Saint Brieuc, où j'ai grandi dans une petite ville qui s'appelle Collinée tout près de Lamballe et Saint-Brieuc avec mes parents. Mes parents sont eux originaires du Mali, mais ils sont arrivés en France depuis plus de 30 ans. Aujourd'hui, je suis en couple depuis maintenant 7 ans et je suis papa d'un petit garçon de 17 mois.
 
Et le foot dans tout ça ?

Dans le football, j'ai eu un parcours assez atypique. J’ai commencé tout jeune à Saint Jacut du Mené ensuite je suis passé par JS Andel ainsi qu'au club de Mené Foot 98 (Trédaniel) mais aussi au SSOP (Ploufragan) et j'ai ensuite intégré le Stade Briochin, mon club de coeur, le club où j’ai passé huit années la bas.

En 2016, tu arrives au FC Nantes dans l’équipe réserve. Comment tu t’es fais repérer par un club pro ? Quel statut avais-tu ?

Oui, c'est ça. J’ai commencé à jouer en CFA 2 dès mes 19 ans. C’était Sylvain Didot qui m’avait lancé. Lorsqu’on est jeune avec une bonne marge de progression, on est forcément suivi, le football amateur est très bien supervisé, même chaque week end maintenant. Le FC Nantes me suivait depuis plusieurs mois en particulier Sebatiien Ogier. Le match qui a accéleré les choses, je m'en souviens, c’était ma prestation face au Stade Brestois, qui était à l'époque en Ligue 2 qu'on avait éliminé de la Coupe de France 2 buts à 0 avec le Stade Briochin. Ce match-là, toute l’équipe avait livrée une grosse performance sous les yeux de Sébastien Ogier et de Matthieu Bidaud.

En arrivant, j'avais un contrat amateur simplement, et lors de la préparation estivale, j'ai beaucoup travaillé et le club m'a proposé un contrat professionnel d’un an et forcément... ça ne se refuse pas ! J’évoluais avec l’équipe réserve en CFA (National 2 aujourdhui).


Quels souvenirs gardes-tu du FC Nantes ?

Même si sportivement, les choses ne se sont pas déroulées comme je l’espérais, je suis heureux et fier d’avoir vécu cette expérience qui m’a fait grandir, je n’ai aucun regret car j’ai le sentiment d’avoir tout donné. Cela m'a aussi permis de rester en contact avec pas mal de joueurs ainsi que même des personnes du club et aujourd'hui, je les supporte en Ligue 1. C'est un club à qui j'apporte beaucoup d'importance... C'est le seul club qui m'a donné la chance de goûter au monde professionnel !


Ensuite tu pars sur St Malo et Granville en National 2 avant d’atterrir fin novembre à Fougères en National 3. Tu nous racontes ?

Suite a mon passage à Nantes, j’étais à la recherche d’un nouveau challenge sportif. Celui de l'US St Malo était vraiment attractif avec un projet de montée en National. J'étais déjà depuis très longtemps en contact avec le coach Pierre-Yves David, quand j'étais à Saint Brieuc et même quand j’étais chez les jeunes à Ploufragan.

Durant mes 6 mois à Granville, tout se passait bien. Préparation d’avant saison, intégration au club, les bénévoles et l’ambiance familiale que je connaissais à Saint Brieuc ressemblait beaucoup à celle de Granville. Par choix sportif je me voyais mal passer une année à alterner entre le banc et le terrain. Je voulais jouer et enchaîner. C’est un rôle qui ne m’aura pas plu mais je remercie l'entraîneur Johann Gallon de m’avoir laisser quitter le club.

Lorsqu'on ne joue pas, on n’est pas visible et on ne sait pas ce dont le joueur est capable.
Surtout que j’ai seulement 25 ans et je donnerais tout pour de nouveau goûter à la National 2 en qualité de titulaire pourquoi pas ou même découvrir la National. Pourquoi pas avec Fougères dans quelques années ? Mais avant de parler de tout ça, on doit maintenir le club.

Étant proche d’Emeric Drillet, on échangeait régulièrement et au vu des résultats de l’AGL Drapeau Fougères du début de saison, je partageais sa frustration et je me suis dis : "Pourquoi je ne pourrais pas les aider ?" Il a parlé de moi au président et ensuite ça s’est enchaînée assez rapidement.

Mon profil a plus au président ainsi qu'à Christophe Lollichon, ma signature dépendait du choix du nouveau coach qui devait valider mon profil avant de débuter les démarches. Et le coach qui a été choisi fut... Pierre Yves David ! Un coach qui me connaît par cœur. Je les remercie d'ailleurs de la confiance qu'il m’accorde.

Depuis nos arrivées fin novembre, nous avons commence à prendre des points et on va tout donner pour maintenir le club en National 3.
 

Quels sont les points forts du club de l’AGL Drapeau Fougères, tant sur le plan humain, que sur le plan sportif ?

Quelques jours après la signature du coach, suite à un échange avec le président, le coach était déjà au courant de ma situation sportive à Granville. Les choses se sont directement accélérées pour que je rejoigne l’équipe le plus vite possible.

Dans ce club, je trouve que les personnes qui suivent le club sont passionnés, les bénévoles donnent tout pour le club, les partenaires et les sponsors ont également un rôle très majeur et sans ses personnes là, nous sommes quasiment rien.

Ces personnes là font vivre le club autant que les joueurs.
 
Merci pour le soutien et on va tout donner pour se maintenir !
 
Par Baptiste Lemercier
 
 
 
 
 
 

Vous souhaitez vous inscrire à notre newsletter ?

Rappels événements, agendas et résultats des week-ends, etc...